Explos 2020 aux Fleurs Blanches (Vercors)

Introduction
Durant une sortie en classique, juste avant le confinement, avec une petite équipe du Césame accompagné par Gilles Palué (voir compte-rendu du 15 février dans Feuille d’info Césame 2020), nous avions fait l’escalade à la base du P25, nommé p20 de la griffe (voir Fig. 1).


Suite à cette escalade, avec Gilles nous avons forcé une étroiture puis fait quelques mètres dans le méandre du COV (Césame Ouvrez-Vous). Nous nous sommes arrêté face à une belle étroiture verticale d’où s’en suivait un beau puits (le P12 du COV).

Première sortie
Il nous a fallu attendre le déconfinement de juin pour y retourner.
Le dimanche 14 juin (Phil, Beb, Eliot; TPST 5h30) Beb et Eliot forcent l’étroiture, et explorent un beau petit puits (le P12 du COV). Ils stoppent au fond face à deux autres puits parallèles et, 5 mètres au-dessus, explorent un joli balcon concrétionné, auquel fait suite un beau petit paléo méandre (le BPPM voir photo 1) aux morphologies de réseau actif. Ce dernier plonge dans un beau puits d’une vingtaine de mètre.

Deuxième sortie
Le samedi 20 juin, nous y retournons (Phil, Beb, Eliot, Mathilde, Loïs, Laurent) dans le but de rééquiper l’escalade (ce qui n’est toujours pas un succès…) et d’aménager l’étroiture verticale d’accès au Puits du COV. Nous en profitons pour faire une expérience de prise de son à la base du P25 de la griffe et à la base du P18 du Bénitier.
L’aménagement prend plus de temps que prévu et nous n’explorerons pas les puits suivant ce jour là.

Troisième sortie
Le 5 juillet avec Dom, Mathilde (TPST 5h30) Phil, Beb, et Eliot (TPST 7h30), nous relevons la topographie (photo 2) (18 visées pour 88 m de dév, de +7 à -33 m), équipons et descendons le puits du Balcon P20 (photo 3). Ce beau puits d’une vingtaine de mètre fait suite au BPPM et butte, comme le P12 du COV, sur un vieux planché stalagmitique.

A sa base les parois sont ornées de magnifiques coulées de calcite brillantes… Mais, au toucher, ce qui semblait de la belle calcite s’écrase comme de la boue. Aucune prise, tout est glissant. Comme si la cristallisation était complètement déstructurée. Phénomène que je n’avais jamais observé auparavant.
Du coup, afin d’accéder à une lucarne (comme le Balcon dans le P12 du COV) que nous avions remarquée à la descente, il nous faut remonter le puits pour redescendre en se décalant.


Après rééquipement d’une vire, Beb accéde à cette lucarne de laquelle part un petit méandre aval. Celui-ci est partiellement obstruée par une coulée de calcite (ce qui nécessitera une séance d’aménagement), mais il y a un bon courant d’air soufflant et les cailloux fond un doux bruit de dégringolade derrière…


En guise de conclusion

Ces petites sorties déconfinées dans la zone d’entrée des Fleurs Blanches nous auront permis une petite remise en forme !
Et même si nous sommes partis explorer d’autres contrées aux accès plutôt estivales, nous pensons bien retourner rapidement poursuivre l’exploration de ce petit paléo-drain.
En effet, l’axe que nous suivons (direction et pendage) semble être celui d’un écoulement initial de l’actif, plusieurs fois capté par des drains verticaux. En effet depuis la base du P25 de la griffe, l’actif est capté par le P25 de la Douche. Avant cela au milieu du P10 du COV, il a été capté par les puits de la jonction (non exploré et restant à topographier), et plus en aval au niveau du méandre restant aussi à explorer, il a été capté par le P20 du Balcon dont le fond est actuellement obstrué par un vieux planché stalagmitique en décomposition… Ces trois captages verticaux sont certainement des marqueurs de trois époques en corrélation à une succession de différentes variations du niveau de base dont l’étude reste à faire.
A ce sujet, nous avons observé à la base du P10 du COV, quelques remplissages allochtones qui pourraient être des indices marqueurs d’époques glaciaires (voir photo 4)

En tout cas chères Fleurs Blanches à très bientôt !
Et un grand merci à Gilles.
Figure 2 : Localisation des prises de vues

Article paru dans la revue LSD n°22 voir http://cds26.ffspeleo.fr/

Présentation du Césame

Le Césame est une association de Spéléologie et d’Archéologie basée en Ardèche depuis les années 60.


De part notre histoire et nos activités nous sommes en liens avec de nombreuses structures associatives autour de la spéléologie et de l’archéologie ardéchoises (visitez nos rubriques !)
Nous gérons à Vallon Pont d’Arc à 20 minutes à pieds de la Caverne Pont d’Arc, un refuge en gestion libre (10 à 15 places de mi-novembre à mi mars et jusqu’à 60 places en camp de toile l’été). Voir rubrique « Accueil de groupe ».

Voeux 2021

Assemblée Générale 2020

Cette année, l’Assemblée générale du CESAME est retardée de quelques mois, la faute à notre cher ami : le Covid-19. Nous avons donc rendez-vous le samedi 6 février 2021 à 14h au local de “La Dérive” (91 rue Antoine Durafour à Saint-Etienne).

Ci-joint, les documents relatifs à l’AG 2020

CONVOCATION AG 2020

CR AG CESAME 2020

CESAME COMPTA 2020

Rapport Moral 2020 CESAME

Bureau 2021-CESAME

Accès à la feuille info de 2020 :

https://drive.google.com/file/d/1ENH8OXcPBu5WNdpkuCzjK1aWt4jX4Ads/view?usp=sharing

Luna

Compte rendu Sortie Aven Autran – 03 avril 2021

Participants : Malo et Mathilde (Cesame), Prune (Geckos), Barnabé et Loïc (GSM), Léa (FSC) et Balthazar

Prune et Malo organisent une sortie à l’Aven Autran pour faire une bonne sortie entre potes. Prune avec ses contacts réussit à convaincre des spéléos qui deux semaines auparavant sont allés faire Autran de nous laisser le trou équipé jusqu’à -110 pour nous faciliter la sortie.

On prévoit une bonne sortie de 20h donc. Ils ont essayé de recruter le plus de monde possible mais pour un we de Pâques, qui de plus est le dernier we avant le confinement, seulement 5 autres personnes se sont motivées. On va porter du kits mais c’est jouable !

Mathilde et Malo arrivent chez les amis de Prune qui nous hébergent à St Christol le vendredi soir. On dort dans leur jardin, ils nous offrent un accès à l’eau, l’électricité, l’apéro, on utilise même leur cuisine et il nous obligent à prendre une douche en sortant dimanche : confort ultime, merci à eux !

Le soir on se réorganise vite fait, on finit les kits puis dodo avec pour objectif un réveil à 8h, départ pour l’entrée 8h30, l’équipe d’équipement (3 personnes) devrait rentrer sous terre à 9h et la seconde équipe (4 personnes) vers 10h.

Finalement on traîne un peu, on arrive au parking avec 30min de retard, on croise une équipe de 2 un peu fatigués : ils ont fait le fond la veille en équipant avec de la 6mm, ils ont mis 20h.

On rentre tous avec une heure de décalage par rapport à ce qui était prévu. On pense sortir vers 6h du matin au max.

On recompte les kits : 8 kits pour 7 à la descente, 11 kits à sortir en tout avec le déséquipement. On va en chier mais bon, on est là pour ça !

La descente

Prune, Loïc et Malo rentrent dans le trou à 10h pour équiper, devant le trou on se dit sans réfléchir que Prune équipe le puits d’entrée, finalement elle est tellement efficace qu’elle équipera jusqu’au fond du trou !! On est parti avec 4 kits pour 3 dont un kit avec 200m de corde dedans (les puits d’entrées sont très particulièrement chiants) : Loïc en chie avec ses deux kits qui se coincent partout, Malo en chie avec son kit de 200m qui est une sacrée enclume. On arrive donc déjà bien en jambe (et en sueur) dans le grand méandre. Un kit de corde est déjà posé on a donc (seulement) un kit par personne pour passer ce méandre de 750m. Bon, ce gros kit de merde joue bien son rôle… Avec Loïc on se relaie pour le portage et pour s’aider dans les endroits chiants. Au début on rigole bien en essayant de pas mouiller les kits dans les vasques et à la fin du méandre le kit de 200m a été immergé plus d’une fois et pèse très très lourd. On est donc comme des fous quand Prune nous annonce en criant qu’elle a le cul au-dessus du P100 !!!! Elle s’engage directement sur l’équipement du P100, quand elle est au milieu on entend la deuxième équipe qui nous a déjà rejoint. On mange tous ensemble en bas du P100 au sec. On mange assez rapidement et on retourne équiper la suite. Ici tout s’enchaine mieux : P40 on est à -400,  R4, P17, R3, R4, P11, P8 lucarne P126, P30… Prune fonce et très rapidement on est à -620, malgré un petit problème de kit qui bloque un peu la team dans le P126, tous échelonné à nos fracs, c’est magnifique mais certains on eu froid.

Mathilde fait partie de la deuxième équipe avec Balthazar, Léa et Barnabé. On descend chacun avec un kits (3 de cordes et 1 de bouffe) au cul. On descend aussi avec Emma et Gael qui eux s’arrêtent au siphon blanc. On descend tranquillou pour ne pas gêner l’équipe équipement. On passe les puits d’entrées relativement facilement, la descente du méandre se passe bien mais est biennn longue ! Au bout moi je mange une compote et une barre tellement ça m’a creusé, puis bon c’est 13h quoi. Là on rattrape l’autre équipe, on descend directement en bas du P100 pour manger tous ensemble, et on mange beaucoup beaucoup, pleins de trucs différent ya des gâteaux, de la salade de riz, du chocolat, du pain, du fromages, etc… Les équipeurs repartent vite pour qu’on puisse descendre jusqu’en bas, nous on finit tranquillement de manger. On attend un peu dans le P120 comme l’a expliqué Malo, à cause d’une petite embrouille de kits. On arrive cependant en bas vers 19h.

La remontée

On est donc hyper heureux de mettre les pieds dans cette jolie rivière. On mange encore comme des gros. Aller on remonte tranquille, Léa et Balthazar en tête, Barnabé et Loïc commencent au déséquipement. On se rejoint tous à -400 où on va faire un petit tour au siphon blanc, c’est vraiment trop beau ce trou !!!

Léa et Balthazar commencent la remontée avec les kits de déséquipement fraîchement arrivés, on ne les reverra plus jusqu’à notre sortie et eux sortiront à 4h du mat. Pendant ce temps, le reste de l’équipe mange (oui encore un fois). On traine un peu sur la bouffe , on a plein de bonnes choses à manger !! Bon finalement on repart et Malo prend le déséquipement du P40. Arrivé en bas du P100, on change et Barnabé déséquipe le grand puits. A l’entrée du méandre, Prune et Loïc partent à deux et Mathilde et Malo attendent Barnabé. On s’enquille pour une traversée qui s’annonce loooonngguue et dure parce qu’on a 4 kits dont un avec la C200… Malo et Barnabé galèrent avec le gros kit, Math avec ses deux kits bref le méandre a beau être beau et pas si étroit que ça, il est très long et c’est après plusieurs pauses eau et une pause bouffe qu’on voit enfin la fin de ce calvaire… On retrouve Prune et Loïc qui ont passé le méandre(suivant) de 40m avec leur kits et viennent nous aider à porter les nôtres. Mathilde prend le déséquipement. Mais bon un calvaire en annonçant souvent un autre, on arrive à la base des puits à environ -150, et là les kits commencent à s’accumuler… On est à -110 et on va en chier : il est déjà 2h du matin…. Quand on voit Barnabé mettre 1⁄4 d’heure pour remonter un P5 avec une sortie très étroite on se dit que la sortie est bien loin… Mathilde, pleine de motivation, déséquipe les deux derniers kits. C’est long, c’est long, c’est dur. Mais P5 après P5, passage chiant après passage horrible on remonte doucement. On choisit de faire une bonne pause bouffe à -50, et oui. Et après que Mathilde ait rempli son premier kit de déséquipement, on a tous deux kits au cul. Allez c’est presque fini !!! Malo va jusqu’à s’endormir sur l’avant dernière corde… Et bientôt on est sorti, il est 7h du matin, on est tous (l’équipe de déséquipement (i.e Loïc, Prune, Barnabé, Math et Malo)) avec un sourire de victoire et de fatigue, tellement heureux et si crevé !!! On a passé entre 20h et 20h40 sous terre (selon les heures d’entrées) et plus de 4h dans les 100 derniers mètres de ce bel Aven Autran ! On est aux anges, il est ~ 8h30 dodo à Saint-Christol.

Le lendemain, sur terre

On se lève sur les coups de 11h /11h30, on mange 3200 g de raviolis avec des tartines à la confiture de mûres et des restes de crêpes. Triage de matos, rangement des tentes, départ à 15h de St Christol. Quelle équipe !!! Quelle grotte et quelle motivation !!!

CR Malo et Math